top of page

Ralentir, contre vents et marées


Pourquoi est-ce parfois mal vu de choisir de ralentir?


Il y a plusieurs angles de réponse à cette question fort pertinente qui m'a été posée récemment.


J'aimerais prendre l'angle suivant aujourd'hui : choisir de ralentir, c'est actualiser la volonté de se dégager un peu du système, notamment de la quête infinie de performance et de croissance, ou d'y contribuer différemment, plus sainement.


En d'autres mots, cela implique de faire un pas de côté, ce qui peut enclencher différentes réactions autour de soi, dont de l'incompréhension, voire même parfois de l'opposition.


En appui à mes propos ici (qui ne sont qu'une réponse partielle à la question), voici quelques explications :


💡La théorie de la justification du système introduite par le psychologue américain John. T. Jost et ses collègues en 1994.


Issue de la psychologie sociale, cette théorie propose que les gens sont motivés, dans certaines conditions, à justifier, voire argumenter pour, le statuquo d'un système existant (les institutions, les organisations et les normes sociales dans lesquelles les gens vivent et les règles qu’ils doivent, dans une certaine mesure, respecter) même si ce dernier, à certains égards, est injuste ou inadéquat.


Les conditions suivantes contribuent à voir apparaitre ces justifications :


⚙️️Lorsque le système est menacé (la menace actuelle d'une récession économique, par exemple).

⚙️Lorsqu'on est dépendant du système ou lorsqu'on ne peut pas échapper au système (à moins de vivre en ermite et en autarcie dans une grotte, on peut difficilement être indépendant ou échapper au système actuel axé sur la croissance et la performance).

⚙️Lorsqu'on a un faible sentiment de contrôle personnel (le contexte volatile, imprévisible, complexe et ambigu actuel vient saper le sentiment de contrôle de plusieurs).


Et quelles sont les motivations qui soutiennent ces justifications?


➡️La motivation de connaissance : être dans du connu (même si ce connu nous rend malade) augmente le sentiment de certitude, de prévisibilité et de contrôle.


➡️La motivation de sécurité : maintenir le statuquo peut être perçu comme une stratégie qui aide à gérer (de façon plutôt inadéquate, car il s'agit d'une forme d'évitement) le stress, l'anxiété et les menaces.


➡️La motivation d'affiliation : percevoir qu'on est tous dans le même bateau augmente notre sentiment de solidarité face à la réalité.


J'espère que ces quelques éléments de réponses aideront vos réflexions sur le thème du ralentissement!


Et si vous avez envie de pousser un peu plus loin votre réflexion, je vous invite à vous inscrire à ma formation en ligne Prendre la route de l'ÉQUILIBRE. Je vous y enseigne une démarche concrète et réaliste pour faire votre premier pas vers une vie équilibrée.

Comentários


bottom of page